30 September 2015

Sanders highlights economic ‘injustice’ in Liberty University speech & Bernie Don't Get No Respect From Mainstream Media 14&30SEP15

I went to hear Sen Bernie Sanders speak at the Prince William County fairgrounds in Manassas, Virginia, fresh from his speech at Liberty University in Roanoke, VA, on 14 SEP 15. He came on stage about 8:00 PM, spoke for a little over an hour, the rally was over around 9:30 PM and the estimated 8 thousand people who came out late on a week night to hear Bernie speak left fired up, committed to the political revolution we need to restore our Republic, committed to making Sen Bernie Sanders the Democratic Party's nominee and the next President of the United States. Check out his speech below
Streamed live on Sep 14, 2015
Please join Democratic presidential candidate Bernie Sanders and local leaders for a rally in Manassas, Virignia to discuss the major issues facing our country.
Speech starts at 1:10:33

LIVE from Manassas, Virginia with Bernie Sanders FULL SPEECH 

 Because Bernie Sanders is a real threat to the 1%, to the corporate owners and controllers of the mainstream media Sen Sanders' campaign doesn't get the coverage it has earned and deserves. Here is the +Washington Post  article on Sen Sanders' speech in Manassas followed by +Huffington Post Politics on the mainstream media's refusal to report on the Sanders presidential campaign. Go to Bernie2016 for his position on the issues, to get involved with his campaign and to make a donation if you can (I did, again).....JOIN THE REVOLUTION AND FEEL THE BERN!!!!!

Sanders highlights economic ‘injustice’ in Liberty University speech

Democratic presidential hopeful Bernie Sanders sought Monday to reach out to a conservative Christian audience, arguing that however stark their differences on social issues, they should agree there is “massive injustice” in the country’s economy.
“It would be hard for anyone in this room to make the case that the United States of America . . . is a just society or anything resembling a just society today,” Sanders, the self-described democratic socialist senator from Vermont, told a crowd of nearly 12,000 students and visitors at Liberty University. “There is no justice when so few have so much and so many have so little.”
After his appearance at a convocation at the school founded by the late evangelist Jerry Falwell, Sanders addressed a rally that drew an estimated 8,000 people and snarled traffic around the Prince William County Fairgrounds. The county is a rapidly diversifying jurisdiction that is home to a large population of black and Latino voters.
Both stops in Virginia on Monday pointed to segments of the electorate that Sanders has yet to excite in large numbers when he is surging in Iowa and New Hampshire polls based largely on his appeal to white liberals. The crowd at the Manassas area rally was largely white, although more diverse than at most of Sanders’s rallies.
The Virginia stops also underscored the importance of the swing state, which could play a role in Sanders’s fight for the Democratic nomination against front-runner Hillary Rodham Clinton. Virginia is among about a dozen states with Super Tuesday primaries, and so far, most prominent Democrats, including Virginia Gov. Terry McAuliffe, have lined up behind Clinton.

While speaking at Liberty University, Sanders said that although incredible strides have been made, institutional racism still exists and “cries out for reform.” (Liberty University)
Sanders’s advisers think he has the potential to appeal to minority voters as he becomes better known in those communities; they also argue that he will be able to attract some culturally conservative working-class voters, including in Virginia, on the basis of his economic message.
His remarks at the Liberty convocation echoed what he has been saying on the campaign trail. He sprinkled in more talk about morality as well as references to a few Bible verses and quotes from Pope Francis to underscore his arguments.
“There is no justice when, in recent years, we have seen a proliferation of millionaires and billionaires while, at the same time, the United States has the highest rate of childhood poverty of any major country on Earth,” Sanders said. “How can we talk about morality, about justice, when we turn our backs on the children of our country?”
Sanders acknowledged that he and many in his audience are on opposite sides of issues such as abortion and same-sex marriage, but he said that “maybe, just maybe” they could find common ground elsewhere.
“I came here today because I believe that it is important for those with different views in our country to engage in civil discourse,” Sanders said, speaking in the same venue where Sen. Ted Cruz (Tex.) kicked off his bid for the Republican presidential nomination.
“There is too much shouting at each other, too much making fun of each other,” Sanders said, prompting an “Amen” from a young woman in the venue, which doubles as Liberty’s basketball arena.
The reaction from students here was largely polite. Some said they found Sanders’s remarks thought-provoking, but few seemed ready to support him politically.
“It’s a great reminder for me that I need to be praying for our country and its leaders,” said Kaylee Breunig, a senior majoring in kinesiology.
Breunig, 21, said she heard “some stuff I agree with and some I don’t.” She liked, for example, Sanders’s concern for hungry children, but she said his views on abortion don’t align with hers.
“I cannot overlook the murder of the babies in the womb,” said Breunig, who came to Liberty from New Jersey.
Ryan Hiepler, a freshman from Southern California who is studying economics and plays on the basketball team, said he shares some of Sanders’s concerns about income inequality. But Hiepler said he thinks some of Sanders’s solutions would hurt the business climate.
“I don’t think he attracted many people in the auditorium, but I think it was still smart for his campaign, because it shows he’s willing to reach out,” said Hiepler, 18.
Students typically attend morning convocations at Liberty three times a week, and attendance is strongly encouraged. The university attempts to book an array of speakers, including the occasional politician. Officials said they have had Democrats speak before but never one seeking the presidential nomination.
Sanders’s rally in the Manassas area — where his speech was interrupted by frequent applause and boisterous chants of “Bernie! Bernie! Bernie!” — signals the importance of that Washington suburb for the eventual winner of the Democratic nomination.
Prince William County has become Virginia’s true bellwether in general elections. The county has deeply red, wealthy enclaves to the west, an exploding Latino population around Manassas and to the east, and a densely concentrated corridor of black residents along Interstate 95 to the east.
To succeed, a Democratic candidate will have to excite minority voters and boost turnout — something President Obama did as a candidate in 2008 and 2012.
That is a task that Sanders, who represents a state that is 95 percent white, has acknowledged is one of the hurdles facing his campaign.
McAuliffe also managed to drive turnout in Prince William in his 2013 election as governor, and he undoubtedly is working to help Clinton do just that in 2016.
McAuliffe is a close friend of the former secretary of state and her husband, former president Bill Clinton. McAuliffe has also been a record-breaking fundraiser for both and was chairman of Hillary Clinton’s 2008 campaign.
His staff has been officially mum on Sanders’s visit.
Laura Vozzella contributed to this report.

John Wagner is a political reporter covering the race for the 2016 Democratic presidential nomination.

Bernie Don't Get No Respect From Mainstream Media



Bernie Sanders, as far as the media is concerned, is the Rodney Dangerfield of presidential candidates -- "he don't get no respect." Of the 23 candidates running for president in the two major parties, precisely four of them have ever shown even 20 percent support (in their polling averages from their base voters). Actually, to be completely accurate, five people have hit the 20 percent support level since the race began this year, but Joe Biden is not actually a candidate yet. The other four are Donald Trump, Ben Carson, Hillary Clinton, and Bernie Sanders.
Andrew Tyndall, who monitors broadcast news from ABC, NBC, and CBS, has some numbers which starkly show Bernie's Rodney Dangerfield problem. Tyndall tracked the total time the three networks have devoted to the presidential race this year: 504 minutes. This is more than their coverage (to this point on the calendar) in 2011 (277 minutes) and 2007 (462 minutes), so it's not like they're shying away from covering the race or anything. Out of that total, 338 minutes this year has been aired about the Republican race, while only 128 minutes was centered on the Democratic race. Granted, the Republicans have more candidates, which might explain some of the lopsided nature of those numbers.
Even so, the numbers get even more jaw-droppingly uneven when you look at individual candidates. Donald Trump (of course) leads the pack in coverage of his campaign, clocking in at an impressive 145 minutes. Hillary Clinton has gotten 82 minutes of campaign coverage, and an additional 83 minutes devoted to the email scandal. Jeb Bush, who is currently polling in fifth place in the Republican race with less than 10 percent in the polls, has received 43 minutes of coverage. The Bernie Sanders campaign has received a grand total of eight minutes of coverage -- one-fifth of Bush's time, or one-tenth of Clinton's time (one-twentieth, if you count the scandal coverage). Bernie got roughly the same amount of time as Chris Christie (polling below four percent, far back in the Republican pack). Bernie got the same amount of time that Mitt Romney got, when he was teasing a bid earlier this year.
That is pathetic. Bernie Sanders is one of the four frontrunners for the entire presidential race, and has been closing the polling gap with Hillary Clinton on the Democratic side. One recent poll put Bernie only seven points behind Clinton nationally among Democrats, but you probably didn't hear that on the evening news. Bernie now leads Hillary in the polling in both of the first states to vote, Iowa and New Hampshire. But of the total time the networks have devoted to the race, they've only used a little over 1.5 percent of it to cover Bernie's campaign. Rodney Dangerfield would have had a few choice things to say about this lack of respect, one imagines.
Bernie Sanders routinely draws crowds that dwarf other candidates' rallies. He just made some news today because his campaign has now received one million individual donations -- a number far superior to anything any other candidate can claim. In fact, it is even superior to the champion online fundraiser of all time, Barack Obama. Obama didn't hit 1,000,000 online donations until February of 2008, or October of 2011 during his re-election campaign. No other candidate in the 2016 race -- Democratic or Republican -- is even close to this number. And yet the near-blackout on the evening news continues.
I don't know what Bernie Sanders's chance of success in the nomination race will be. But I do know it'd be a lot better if the news actually informed the American public about how successful his campaign is doing. This whole disgraceful lack of respect really puts the lie to those on the right who complain about "the liberal media," in fact. The most liberal candidate in the race is being covered at the same rate as Chris Christie, after all. Doesn't sound like any sort of liberal cabal to me. It sounds instead like proof of what some on the left insist, that the media does indeed have a bias -- but a corporate bias.
Because of this obvious anti-Bernie bias, I'll go so far as to make a bold prediction. The first Democratic debate is going to happen in a few weeks. This will be the first time many Democratic voters will be exposed to Bernie's unfiltered message. My prediction is that the post-debate polling will show a big bump for Bernie's support, after weighing Bernie's solutions to the nation's problems next to Hillary's.
I still don't know what Bernie's chances for success truly are. Joe Biden's announcement (either way) will shake up the Democratic race, and this announcement is probably going to happen before the debates do. If Bernie does well in the first debate, though, and if his numbers do get a healthy bump, then the broadcast news is going to have to start talking about Sanders. At that point, the lack of coverage will become painfully obvious to all if it continues. At first (no doubt) this coverage will likely be mocking and dismissive, with plenty of jokes thrown in. But sooner or later the media is going to have to cope with the fact that Bernie Sanders's campaign is no laughing matter to those who have gotten on board the "Feel The Bern" train. Sooner or later they're going to have to address the real reason he's seen such a monstrous outpouring of support so far -- his issues and his agenda. Sooner or later, they're going to have to show Bernie a little more respect. With over a quarter of Democratic voters already supporting him and with over a million donations, Bernie Sanders has already earned this respect. A lot more respect than eight minutes out of 504, that's for sure.

Chris Weigant blogs at:
Follow Chris on Twitter: @ChrisWeigant
Become a fan of Chris on The Huffington Post


24 September 2015

Bernie Sanders opposes the Trans-Pacific Partnership, and Hillary Clinton supports it. 26AUG15

hillary clinton is using semantics to deny she has been a strong supporter of the tpp / trans-pacific partnership. She is lying, as this analysis from +PolitiFact shows. If hillary is lying about this what else is shy lying about? Go to Bernie 2016 for the Bernie's positions on the issues. Go here for the threat the tpp presents to the American economy and to our Republic.

Mostly True
Viral image
Bernie Sanders opposes the Trans-Pacific Partnership, and Hillary Clinton supports it.
Viral image on Wednesday, August 26th, 2015 in a viral Internet chart

How Bernie Sanders, Hillary Clinton differ on the Trans-Pacific Partnership

This shareable image compares positions between Hillary Clinton and Bernie Sanders, Democratic presidential candidates.
A widespread Internet post claims Democratic presidential candidates Hillary Clinton and Bernie Sanders have opposing views on a number of issues, including the Trans-Pacific Partnership, a proposed trade deal involving the United States and 11 other nations.
The image says Sanders opposes the deal, but Clinton supports it.
As part of a couple of fact-checks on the post, we looked into whether the two candidates differ on support for the deal, which has divided Democratic leaders on the Hill.
President Barack Obama, the deal’s primary advocate, has sparred with Sen. Harry Reid, D-Nev., a longtime ally, and received praise from Senate Majority Leader Mitch McConnell, R-Ky., a frequent opponent, over the deal.
So where do the leading Democratic presidential candidates stand on the Trans-Pacific Partnership?
Sanders sides with other members of the Senate’s progressive caucus in vehemently opposing the deal. In January 2014, he said he’s against it primarily because it will allow corporations to move jobs overseas.
Clinton’s position on the proposal is complicated by her time as secretary of state, and she’s been careful as a presidential candidate not to express a firm position.
There’s evidence to suggest Clinton was deeply involved in the deal’s formation and promotion as the country’s lead diplomat. In 2011, she told a congressional committee that even though the State Department was not in charge of the negotiations, "we work closely with the U.S. (Trade Representative)." Leaked diplomatic cables show Clinton’s deputies specifically discussed the TPP with foreign heads of state.
Clinton openly pushed for the deal at least 45 times during her tenure as secretary of state, according to CNN’s tally.
In 2012, she touted the trade deal, also called TPP, to a group of American and Australian officials as a way to "lower trade barriers, raise labor and environmental standards, and drive growth across the region."
But since entering the race for president, Clinton has distanced herself from those remarks.
"I did not work on TPP," she told reporters in July, saying the deal was "the responsibility of the United States Trade Representative."
At times, Clinton has echoed Sanders’ concerns about outsourcing.
"Any trade deal has to produce jobs and raise wages and increase prosperity and protect our security," she told a reporter from MSNBC in April. "We have to do our part in making sure we have the capabilities and the skills to be competitive. It's got to be really a partnership between our business, our government, our workforce, the intellectual property that comes out of our universities, and we have to get back to a much more focused effort in my opinion to try to produce those capacities here at home so that we can be competitive in a global economy."
Hopeful comments about job creation and increased wages do not signal a clear position on the Trans-Pacific Partnership.
Clinton’s campaign website lists no official position on the deal.
Our ruling
The graphic claims Bernie Sanders opposes the Trans-Pacific Partnership, and Hillary Clinton supports it.
Sanders has said on multiple occasions that he would oppose the trade deal. Clinton supported it as secretary of state, and there’s even evidence to suggest she was an advocate for the deal within the Obama administration. But she has taken a neutral stance on the deal during her campaign for the presidency, voicing some of Sanders’ same concerns yet refusing to explicitly criticize the proposal.
Clinton spoke often in support of the Trans-Pacific Partnership — until that backing irritated parts of her Democratic base.
We rate the post’s claim Mostly True.

About this statement:

Published: Wednesday, September 2nd, 2015 at 10:26 a.m.
Researched by: Will Cabaniss
Edited by: Katie Sanders
Subjects: Trade


Huffington Post, "Harry Reid Calls Trade Push By Obama And GOP 'Insanity'," May 20, 2015
Huffington Post, "Mitch McConnell Says Obama 'Has Done An Excellent Job' Pushing Trade Deal," May 17, 2015
Sen. Bernie Sanders, "The Trans-Pacific Trade Trade (TPP) Agreement Must Be Defeated," 2014
The Atlantic, "Hillary Clinton’s Hard Choice on Free Trade," Apr. 23, 2015
Bloomberg Politics, "Courting Unions, Hillary Clinton Says She Didn't Work on Trans-Pacific Partnership," Jul. 30, 2015
CNN Politics, "45 times Hillary Clinton pushed the trade bill she now opposes," Jun. 15, 2015, "Deputy Secretary Steinberg's September 27, 2009 Meeting With Deputy Foreign Minister Pham Binh Minh," Sep. 27, 2009
International Business Times, "Cables Show Hillary Clinton's State Department Deeply Involved in Trans-Pacific Partnership," Jul. 31, 2015
Email interview with Warren Gunnels, Bernie 2016, Aug. 27, 2015
Email interview with Josh Schwerin, Hillary for America, Aug. 27, 2015

Says Bernie Sanders opposes "requiring all children to have a K-12 education." & Where do Hillary Clinton and Bernie Sanders stand on the death penalty? 8SEP15

DIRTY POLITICS, the scourge of all political campaigns, resorted to by those who know their political positions aren't worth considering. Here are dirty and fair politics analyzed by +PolitiFact. Want more truth from and about Bernie's positions on the issues? Go to Bernie 2016.

Viral image
Says Bernie Sanders opposes "requiring all children to have a K-12 education."
Viral image on Tuesday, September 8th, 2015 in a shareable graphic on the Web

Web graphic says Bernie Sanders doesn't support compulsory K-12 education

Democratic presidential candidate Bernie Sanders speaks during a Capitol Hill news conference on Sept. 10, 2015. (AP/Susan Walsh)

A reader forwarded this viral Web image to PolitiFact, comparing Democratic presidential candidates Hillary Clinton and Bernie Sanders.
As the Democratic primary race between former Secretary of State Hillary Clinton and Sen. Bernie Sanders of Vermont heats up, supporters of each candidate have aggressively gone after the other.
We recently looked at a graphic circulating on social media, presumably assembled by backers of Sanders, that contrasted the two candidates’ views on a variety of issues. We found that the descriptions were Mostly True about the candidates’ stances on the death penalty and Mostly True about their positions on trade policy.
This time we’ll look at a graphic -- this one presumably put together by Clinton backers -- that compares them on a different set of issues.
Here, we’ll check the line in the graphic that says, "supports requiring all children to have a K-12 education." The chart says "yes" for Clinton and "no" for Sanders. (We asked the Clinton campaign if they wanted to comment, but they declined, saying that they had not produced the graphic.)
We had no difficulty tracking down the source of this claim, since the chart cites an article in the liberal magazine Mother Jones. Recently, the magazine has published a few articles reviewing Sanders’ early history in politics and activism.
In one, Mother Jones tracked down some of Sanders’ writings from a now-defunct newspaper called the Vermont Freeman. "Some of his rants bordered on libertarian," wrote Mother Jones’ Tim Murphy. In August 1969 in a column titled "Reflections on a Dying Society," Sanders wrote this:
It is obvious that in the name of "public safety" the State is usurping the rights of free choice in many domains of life. To get (a Federal Housing Authority) loan, one MUST build with specified lumber and materials; to drive an automobile, one MUST have insurance and a car which has no rust going through; to run a farm and sell milk one MUST have a bulk tank; to drive a motorcycle one MUST have a helmet, to cite a few examples. The idea that ALL children MUST attend school until 16 years of age, even if some would rather do other things, is now treated as as given a fact of life as the sunrise.
Another Mother Jones article pointed to an article from Seven Days, an alternative weekly in Burlington, Vt., in 1981, shortly after Sanders was elected mayor of Burlington for the first time. The weekly recapped Sanders’ political development and his four statewide races as the nominee of the left-wing Liberty Union Party between 1972 and 1976.
"During his four races for state office as a Liberty Unionist, Sanders called for public takeover of utilities, a guaranteed minimum wage, the abolition of compulsory education, and a radical revision of the nation's tax structure," the 1981 article said.
In other words, the chart pegs Sanders’ current view on compulsory K-12 education to a column he wrote 46 years ago and to campaigns he ran in the early-to-mid 1970s.
That’s pretty weak support. Is there any evidence that Sanders still has the same stance today? His office declined repeated requests to supply an answer, but we found some evidence on our own in Sanders’ legislative record in the Senate.
In the previous Congress, Sanders introduced the DIPLOMA Act, which would have authorized grants for disadvantaged youth. The grants would be designed to ensure that "youth are ready for school," "are engaged and achieving in school," and that "students are ready for postsecondary education at institutions of higher education and 21st century careers."
He also introduced the Supporting Community Schools Act of 2013, which would give local educational agencies tools to transform under-performing schools. The goals of these efforts would be to improve student achievement, to close achievement gaps between groups of students, and to increase student attendance and graduation rates. (Neither measure advanced through committee.)
We couldn’t find any recent comments of Sanders opposing compulsory education.
Our ruling
A chart on the Internet said that Sanders does not support "requiring all children to have a K-12 education." However, it bases this claim on writings and campaigns from more than 40 years ago, and more recent legislative evidence indicates that Sanders supports a traditional view of K-12 education. We rate the claim False.

About this statement:

Published: Monday, September 21st, 2015 at 6:00 p.m.
Researched by: Louis Jacobson
Edited by: Angie Drobnic Holan, Aaron Sharockman
Subjects: Education


Viral chart, received by PolitiFact, Sept. 8, 2015
Mother Jones, "How Bernie Sanders Learned to Be a Real Politician: A portrait of the candidate as a young radical," Tue May 26, 2015
Mother Jones, " 'You Might Very Well Be the Cause of Cancer: Read Bernie Sanders' 1970s-Era Essays," July 6, 2015
Seven Days, "Sanders on Sanders: Meet the Mayor," March 13, 1981
Bernard Sanders, "Reflections on a Dying Society" (in the Vermont Freeman), Aug. 1-3, 1969, DIPLOMA Act, accessed Sept. 10, 2015, Supporting Community Schools Act of 2013, accessed Sept. 10, 2015


Mostly True
Viral image
Bernie Sanders opposes the death penalty, and Hillary Clinton supports it.
Viral image on Wednesday, August 26th, 2015 in an Internet graphic

Where do Hillary Clinton and Bernie Sanders stand on the death penalty?

This shareable image compares positions between Hillary Clinton and Bernie Sanders, Democratic presidential candidates.
An image circulating on Twitter and Reddit claims Democratic presidential candidates Hillary Clinton and Bernie Sanders have opposing views on a host of issues, including the death penalty.
According to the image, Sanders opposes the death penalty, but Clinton supports it.
We wanted to see if the two candidates disagree on capital punishment. (See our other checks on the image here.)
Sanders and the death penalty
The Vermont senator has been an opponent of the death penalty for his entire political career. And with one exception, he has voted against expansions of the death penalty at every turn.
Sanders opposed the Violent Crime Prevention Act of 1991 during his first year in the U.S. House of Representatives.
"All over the industrialized world now, countries are saying, ‘let us put an end to state murder, let us stop capital punishment’," Sanders said in a 1991 speech on the House floor. "But here what we’re talking about is more and more capital punishment."
The bill, which included provisions to authorize the death penalty as appropriate punishment for crimes involving the murder of a law enforcement officer, terrorism and drug trafficking, never reached the desk of President George H.W. Bush.
In 1994, however, Sanders voted in favor of the final version of the Violent Crime Control and Law Enforcement Act, a bill that expanded the federal death penalty. Sanders had voted for an amendment to the bill that would have replaced all federal death sentences with life in prison. Even though the amendment failed, Sanders still voted for the larger crime bill.
A spokesman for Sanders said he voted for the bill "because it included the Violence Against Women Act and the ban on certain assault weapons."
Sanders reiterated his opposition to capital punishment in 2015. "I just don’t think the state itself, whether it’s the state government or federal government, should be in the business of killing people," he said on a radio show.
Clinton and the death penalty
Clinton’s campaign did not provide her stance on capital punishment.
The last time she publicly addressed capital punishment, which was 15 years ago, Clinton offered support.
In her 2000 run for U.S. Senate, she was quoted by a Washington Post columnist as saying the death penalty had her "unenthusiastic support."
Clinton’s history on the issue, however, is slightly complicated.
As director of the legal aid clinic at the University of Arkansas in the 1970s, Clinton helped to get the death sentence of a 20-year-old African-American man sentenced to life in prison. But according to a timeline of the case compiled by the Marshall Project, a nonprofit news organization that focuses on criminal justice, Clinton’s views on the topic changed as her husband’s did.
Bill Clinton, then governor of Arkansas, is described as shifting his position on the death penalty as part of an effort to present himself as a centrist "New Democrat" in the 1980s.
Citing Paul Kengor’s 2007 book God and Hillary Clinton: A Spiritual Life, the timeline says that Hillary Clinton " ‘agonized’ over her husband’s embrace of capital punishment," eventually supporting it.
As first lady, she supported the 1994 crime bill that Sanders opposed.
After her election to U.S. Senate, she co-sponsored a bill that made it easier for prisoners on death row to appeal for exoneration through DNA testing.
Clinton hasn’t yet addressed the issue in the 2016 election cycle.
Our ruling
The infographic claims Bernie Sanders opposes the death penalty and that Hillary Clinton supports it.
Sanders has opposed the death penalty for at least the last 20 years, though he did vote for the 1994 crime bill that, among many other provisions, expanded the number of crimes that could result in death penalty sentences. While Clinton has helped make it easier to appeal a death sentence, her most recent documented statements on the topic expressed tepid support.
Without a clear idea of her most recent stance, we can only assume she still holds that position.
We rate the claim Mostly True.

About this statement:

Published: Wednesday, September 2nd, 2015 at 10:28 a.m.
Researched by: Will Cabaniss
Edited by: Katie Sanders
Subjects: Crime, Criminal Justice


U.S. House of Representatives, "Bernie Sanders on Crime, Punishment and Poverty," Oct. 22, 1991, "H.R. 3371 (102nd): Violent Crime Prevention Act of 1991", "H.R. 3355 (103rd): Violent Crime Control and Law Enforcement Act of 1994"
The Thom Hartmann Show, May 1, 2015
Reading Eagle, "Support for death penalty out of line for Hillary," Jan. 11, 2000
The Marshall Project, "A (More or Less) Definitive Guide to Hillary Clinton’s Record on Law and Order," May 7, 2015
New York Times, "Death Penalty; Arkansas Execution Raises Questions on Governor's Politics," Jan. 25, 1992, "Advancing Justice Through DNA Technology Act of 2003"
Email interview with Josh Schwerin, Hillary for America, Aug. 27, 2015
Email interviews with Warren Gunnels, Bernie 2016, Aug. 27 & Sept. 1, 2015

Way et pourquoi Poutine Poutine est prêt à se battre pour l'Ukraine 13JAN & 23SEP15

Way et pourquoi Poutine Poutine est prêt à se battre pour l'Ukraine 13JAN & 23SEP15

«Je crains que Poutine va me tuer»: leader de l'opposition russe a dit qu'il craignait pour ses jours de vie avant d'être abattu dans le lecteur par quelques pas du Kremlin en face de 23 ans petite amie modèle ukrainien
MONTRE 'Way de Poutine "sur  + FRONTLINE PBS | officiel, et vous aurez une idée de la brutalité du gouvernement de Poutine, la brutalité qui maintient la démocratie à distance tandis que les oligarques, avec la bénédiction de Poutine à la une de parrain de la mafia, à accroître leur richesse et la puissance au aux dépens des droits de l'homme et la prospérité économique du peuple russe. «Pourquoi Poutine est prêt à se battre pour l'Ukraine» décrit les plans de Poutine pour Anschluss en Europe de l'Est avec l'objectif principal de son agression Ukraine, tout en essayant de menacer les Etats baltes dans des états vassaux . Il montre également comment l'Occident est prêt à répéter l'accord de Munich de 1938, déjà capituler sur l'occupation de la Russie de la Crimée et de parties de la Géorgie. Jamais, depuis la montée d'Hitler au pouvoir en Allemagne et l'ascension de Staline au pouvoir en Russie a un dictateur pu tromper et manipuler un peuple dans la soumission totale à la tête de l'Etat. Tel est l'objectif de 1% aux États-Unis, et à chaque élection nationale, ils se rapprocher de la réalisation de leur objectif, tourner l'Amérique dans une ploutocratie Tiers Monde. Cliquez ici pour voir le rapport Frontline, la transcription est ci-dessous, et ici pour regarder le  + PBS NewsHour   rapport sur ​​Poutine et l'Ukraine, transcription suivante, et il ya des liens vers des rapports plus Frontline sur Poutine et sa corruption interne et international et la criminalité.

Chemin de Poutine

Gillian Findlay
ÉCRITE, produit et réalisé par
Neil Docherty
Narrateur: Au printemps de 2012, Vladimir Vladimirovitch Poutine est entré au Kremlin pour lancer son troisième mandat en tant que président de la Russie. Il avait été un Ascension accompagnée remarquable en un peu plus de 20 ans, un voyage de espion chômeurs à czar moderne.
Le lieutenant-colonel Andreï Zykov a regardé cette ascension au pouvoir. Un ancien enquêteur de la police qui, une fois voulait arrêter Poutine, il dit que son augmentation a coûté très cher. ANDREY Zykov, ancien enquêteur de la police: [interprétation] Eh bien, bien sûr, il ya toujours eu corruption en Russie, mais le construire dans un tel un système méticuleux était quelque chose que M. Poutine a réussi à le faire. Poutine pourrait être tenu pénalement responsable sur la base de la preuve qui a déjà été recueillies? Absolument, oui. Narrateur: En 2010, Zykov aménagé preuves qu'il avait recueillies à partir d'une enquête sur les premières années de Poutine, au gouvernement de la ville de Saint-Pétersbourg. Il a posté sur YouTube. Mystérieusement, il ya eu des efforts pour le supprimer à partir du Web, mais pas avant, il a été téléchargé par expert de la Russie et auteur Karen Dawisha. GILLIAN Findlay, Correspondant: Et dans son essence, ce qui fait de cette série qu'il posted- ce que fait ce it- était la sommation? KAREN Dawisha, Professeur, Université de Miami, Ohio: La somme de celui-ci était un compte rendu détaillé des activités criminelles qui il se sent Poutine a été impliqué abus in- de pouvoir, abus de sa position officielle, l'implication dans les relations avec organisée la criminalité, les connaissances sur l'argent laundering- Je veux dire, toute une gamme de crimes économiques. NARRATEUR: Dawisha dit que les accusations de Zykov font partie d'une plus grande culture de la corruption dans la Russie de Poutine. Elle a été la collecte abondante documentation pour un nouveau livre sur ce qu'elle appelle la kleptocratie de Poutine et comment lui et son entourage ont façonné le pays. KAREN Dawisha: Je commencé à penser, au lieu de voir la Russie comme une démocratie en train d'échouer, nous devons voir comme un système autoritaire en train de réussir, qu'ils ne sont pas réellement incapable d'être démocratique. Ils ne veulent pas être démocrates. Que dire de cela? Nous allons travailler sur cette thèse. Et si cela est exact, quand at-il commencé? Et voilà ce qui me prit aux années 90 parce qu'ils volaient depuis le tout début. Narrateur: En 1990, l'ancien système soviétique est effondré, mais ce serait exactement le remplacer était pas claire. L'incertitude avait toute une nation sur le bord. Parmi eux se trouvait un jeune officier du KGB Vladimir Poutine nommé. Il avait retourné à sa ville natale de Saint-Pétersbourg à partir de son affectation à Dresde, Allemagne de l'Est, et il cherchait du travail. Il finirait éventuellement trouver à l'hôtel de ville de Saint-Pétersbourg. Son ancien professeur de droit, Anatoli Sobtchak, venait d'être élu maire. La veuve de Sobtchak, Lyudmila Narusova, se souvient de la réponse de son mari quand son ancien élève a insisté sur lui disant qu'il avait travaillé pour le KGB. LYUDMILA Narusova, la veuve de Sobtchak: [interprétation] Mon mari a été choqué par la candeur et a demandé à ce que son travail a été. Et il a dit qu'il avait travaillé dans la République démocratique allemande, en Allemagne de l'Est. Et il a dit, "Eh bien, je viens de passer à la recherche de personnes qui connaissent l'Europe, qui connaissent les langues, afin de travailler sur les relations économiques avec l'étranger. Ils auraient pas embauché un idiot de travailler à la reconnaissance, donc je espérons que vous pouvez gérer. Aller travailler "Et il faut dire que, selon mon mari, il n'a jamais regretté,. NARRATEUR: Poutine serait bientôt adjoint au maire de la ville, et, surtout, président du comité sur les relations économiques avec l'étranger. KAREN Dawisha: Il était le pivot. Il contrôlait que les entreprises étrangères puissent enregistrer leurs bureaux et de recevoir des bureaux. Après tout, rappelez-vous, tout cela était un bien soviétique. L'Union soviétique avait pas encore tombé. Alors, comment a été une entreprise va obtenir l'accès à la propriété pour mettre en place une succursale à Saint-Pétersbourg? Poutine devra assigner. NARRATEUR: Même que son étoile rose, il y avait un exemple précoce de son ambition. Il a commandé un documentaire sur lui-même. Il a été appelé Power, faite par Igor Shadkhan. IGOR SHADKHAN, documentariste: [interprétation] Poutine avait un ordre du jour. Il voulait admettre qu'il avait été un agent du KGB dans la reconnaissance étrangère. VLADIMIR POUTINE: [film de Shadkhan] [titres] Après l'université, je reçu une offre pour travailler pour le Comité de sécurité d'Etat. Narrateur: Pour Poutine, il était un moyen efficace façon de sortir lui-même comme un ancien membre du KGB honni. Mais pour le maire Sobtchak, le passé de Poutine serait utile. Après tout, il courait une ville avec une histoire criminel notoire, et selon l'analyste politique de premier plan Stanislav Belkovski, il avait besoin de quelqu'un qui pourrait travailler dans son ombre. STANISLAV Belkovski, Institut de stratégie nationale, Moscou: Saint- Pétersbourg appelée la capitale de bandit de la Russie, le capital de gangster de la Russie, à ce moment. Et le bureau du maire devrait communiquer à ces groupes une certaine façon. Mais bien sûr, Anatoli Sobtchak ne pouvait pas être impliqué dans ces contacts, et il était Vladimir Poutine qui était en charge. IGOR SHADKHAN: [interprétation] Quand je suis arrivé pour le tournage, tout son hall était plein d'étrangers. Ceux-ci inclus finlandais, allemands, et il y avait un accord qu'ils ont tous à venir à. Maintenant, l'accord pour la plus grande partie était sur ​​l'aide alimentaire pour Saint-Pétersbourg. NARRATEUR: Poutine avait son travail à faire pour lui. L'effondrement de l'Union soviétique a mis pénuries alimentaires terribles à Saint-Pétersbourg. Le système agricole était dans le chaos, et il y avait peu de devises étrangères pour acheter de la nourriture de l'étranger. Pour remplir les étagères, un programme a été conçu. . Les entreprises seraient alloués matières premières, comme le pétrole et les minéraux, pour être vendus à l'étranger, et l'argent est ensuite utilisé pour acheter de la nourriture dans son film, l'adjoint au maire a assuré les résidents faim nourriture était sur ​​son chemin. VLADIMIR POUTINE: [titres] Beurre , 2.000 tonnes. Le lait sec, 2.000 tonnes. Donc, ceci, en fait, couvre nos besoins. Ceci est très impressionnant, je vais être honnête avec vous. Narrateur: Le problème était, la plupart des aliments promis de ne jamais arrivé. Désespoir se transforma en colère, puis proteste. Un conseiller de la ville du nom de Marina Salye a été chargée d'enquêter sur ce qui était arrivé. Salye finirait par quitter la politique désabusée et se retirer à la campagne. Mais elle a gardé tous ses documents. Elle dit qu'ils montrent ce qui a mal à Saint-Pétersbourg dans les années 90 et qui elle croit était à blâmer. MARINA SALYE: [interprétation] Donc, sans entrer dans tous les détails, je vais vous dire à partir de ce document, signé par Poutine , tous les 124 millions $ ont disparu sans laisser de trace, sans laisser de trace, car à partir de cette liste de matériaux que je viens d'énumérer, pas un seul gramme de nourriture est venu. KAREN Dawisha: Et ce qui est arrivé était fly-by-night entreprises ont été créées. Beaucoup de ses amis, qui sont encore là aujourd'hui, étaient derrière ces sociétés. Les produits sont sortis, et incomplète ou pas l'expédition revinrent. Donc millions, des millions ont été faites juste dans cet épisode seul. Narrateur: En fin de compte, le conseil de la ville de Saint-Pétersbourg a approuvé la recommandation Salye tourner le cas sur les procureurs. MARINA SALYE: [lecture] [par l'interprète] "Nous avons conclu que Poutine et son assistant doivent être licenciés ". NARRATEUR: Mme Sobtchak rejette l'enquête comme une vendetta politique contre son mari. LYUDMILA Narusova, Veuve de Sobtchak: [interprétation] Je comprends que tous les "enquêtes", entre guillemets, qui ont été entreprises par les députés étaient complètement foireux. Il était juste un moyen d'influencer en quelque sorte mon mari pour se débarrasser de Poutine. Narrateur: Mais Sobtchak protégé son adjoint. Le cas de la nourriture manque ne serait jamais être poursuivi. Et Poutine nie les accusations et a blâmé les entreprises et les autres bureaucrates. A six heures de route à l'ouest de Saint-Pétersbourg est l'ancien monastère Svyatagorsky. Andrey Zykov dit qu'il vient ici souvent pour trouver la paix. Il est hanté par cas 144 à 128. Il était une enquête sur une entreprise de construction appelée Vingtième Trust, qui avait été enregistré par le comité des relations économique de Poutine. Le lieutenant-colonel Zykov était l'enquêteur fédéral le plus à Saint-Pétersbourg et est devenu convaincu que les crimes avaient été commis. ANDREY Zykov, ancien enquêteur de la police: [interprétation] Donc, 2,5 milliards de roubles ont été transférés sur le compte de l'entreprise. La façon dont il a travaillé a été les fonds devaient être utilisés pour des projets de construction spécifiques, mais a fini par être utilisé à des fins complètement différentes. NARRATEUR: L'enquête a suivi la façon dont la ville a payé Vingtième confiance pour faire le travail, la façon dont le travail n'a jamais été fait et combien de l'argent disparu. Dans un cas, selon Zykov, l'argent a été siphonné par Poutine et ses amis à construire villas de vacances en Espagne. ANDREY Zykov: [interprétation] Il était le vol. Sobtchak et Poutine devraient ont été emprisonnés et seraient en prison sans aucun doute, M. Poutine a probablement d'abord et avant tout, comme le plus grand nombre de documents et les ordres ont été signés par lui. Narrateur: Mais Poutine n'a pas aller en prison, il est allé à Moscou. En 1996, il avait commencé son ascension dans le Kremlin et fut bientôt en mesure d'aider son mentor. Retour à Saint-Pétersbourg, Anatoli Sobtchak avait un problème. Il venait de perdre l'élection et a fait l'objet d'une autre enquête pour corruption. LYUDMILA Narusova, Veuve de Sobtchak: [interprétation] En 1996, lorsque Sobtchak a cessé d'être maire, comme cela est souvent le cas dans l'élite russe, beaucoup de gens immédiatement tourné le dos à lui. Vladimir Poutine était presque le seul qui n'a pas fait cela. Narrateur: Cette fois, Sobtchak a été interrogé par les procureurs. Mais tout à coup, il a eu une crise cardiaque et a été transporté à l'hôpital. LYUDMILA Narusova: [interprétation] Alors, quand mon mari a eu la crise cardiaque, et il était difficile pour lui obtenir un traitement dans ces conditions parce que les gens appelaient le cardiologue en chef de la ville qui le traitait, en lui disant, "Ne pas traiter Sobtchak. Qu'il crève "- qui est quand je décidé de l'emmener à l'étranger pour traitement. Narrateur: Il était une évasion orchestrée. Sobtchak a décollé sur un week-end de la fête nationale à bord d'un avion privé, apparemment organisée par Vladimir Poutine. Quelques semaines plus tard, il est venu à Paris, à la recherche étonnamment en bonne santé. LYUDMILA Narusova: [par l'interprète]. Vladimir Poutine m'a aidé à organiser ce que, tout risquer Narrateur: Retour au Kremlin, avait été dûment pris note de la loyauté de Poutine à Sobtchak. En 1999, un Boris Eltsine malade approchait de la fin de sa présidence et à la recherche d'un sauveur lui-même. Son administration a fait l'objet d'une enquête de grande envergure de la corruption. Ayant morcelé grande partie de la richesse de la Russie à une bande d'oligarques et permis aides et membres de la famille de se enrichir dans le processus, il y avait de la peur dans le camp Eltsine à propos de ce qui pourrait arriver si son successeur avéré moins de compréhension. Il avait déjà embauché et congédié quatre premiers ministres avant onction Vladimir Poutine. KAREN Dawisha, Auteur, kleptocratie de Poutine: Eh bien, je pense que ce qu'ils ont vu en lui était qu'il avait protégé Sobtchak. Et comme ils ont dit, "Il n'a pas abandonné Sobtchak, et il ne va pas nous abandonner." GILLIAN Findlay, Correspondant: Comment vulnérables étaient-ils à l'époque? KAREN Dawisha:. Très vulnérables Narrateur: Mais il y avait un problème . Poutine était un bureaucrate sans visage inconnu du grand public, qui aurait pour gagner une élection si il était devenu président du pays et protecteur de la famille Eltsine. Comme à Saint-Pétersbourg, une biographie instantanée a été commandé. Nataliya Gevorkyan était sur ​​l'équipe de rédaction. Elle vit maintenant à Paris. GILLIAN Findlay: Quel était le récit qu'ils voulaient sortir? NATALIYA Gevorkyan, Poutine biographe: TO-Juste tout. Je veux dire, d'où il vient, qui est-il, pourquoi il était dans KGB. Il était. Ce fut la principale chose à propos de lui, il est l'homme du KGB. C'est tout. Donc, ce qu'ils voulaient de lui présenter qu'il est un être humain normal, il a des parents, il a une biographie. Narrateur: Sa biographie parle d'un seul enfant qui a grandi dans un quartier pauvre de Saint-Pétersbourg, un garçon inhabituelle qui, à 16 ans, est allé au bureau du KGB local et a demandé à joindre lui a dit de revenir plus tard. Sept ans plus tard, il l'a fait, avec un diplôme en droit, et après la formation du KGB a été assigné son poste en Allemagne de l'Est. GILLIAN Findlay: Une fois et toujours KGB. Pouvez-vous expliquer à un Western audience- ce que cela signifie? NATALIYA Gevorkyan: Ils sont les gens qui préfèrent opérer dans l'ombre. Ce sont les gens qui sont comme l'Etat est le premier, et les gens sont deuxième. Tout ce genre de choses qu'il a en lui. Et il cannot- je ne pense pas qu'il peut changer, vous savez? Il est immuable. Narrateur: Il était tellement l'homme du KGB, il serait prendre un tour à la tête de son agence de successeur, le FSB, dans l'année avant qu'il ne devienne premier ministre. Puis, un mois après son nouvel emploi, à l'automne de 1999, cette. Bombes effacés quatre immeubles d'habitation à Moscou et d'autres villes, tout soufflé la nuit pendant que les gens dormaient. Des centaines de morts. Ce fut 9/11 de la Russie. Historien russe Yuri Felshtinsky a écrit un livre sur les attentats de l'appartement. YURI Felshtinsky, co-auteur, Blowing up Russie: Ce que nous devons comprendre est l'ensemble du pays est très nerveux, que le sentiment est que chaque plusieurs jours, ou comme une fois par semaine, un bâtiment va être gonflé. NARRATEUR: Tout d'un coup, un premier ministre quelques Russes avait entendu parler était partout, la vengeance jurer. Vladimir Poutine, Premier ministre: [titres] Nous ' serai chasser les terroristes partout, dans les aéroports ou dans les toilettes. Nous allons les déchets dans un hangar. Fin de l'histoire. NARRATEUR: Poutine rappelle aux rebelles en Tchétchénie, où un mouvement séparatiste tenait sol. DAVID SATTER, la Russie Scholar: Les responsables russes a déclaré qu'il y avait une piste tchétchène dans l'appartement bombings- pas une preuve de l'implication de Tchétchénie, un piste tchétchène. On ne sait pas ce que cela signifiait, mais il a été utilisé pour justifier une nouvelle invasion de la Tchétchénie. NARRATEUR: Et l'invasion de Poutine serait brutale. ENFANT tchétchène: [titres] Il est mon grand-père couché là! Narrateur: L'homme qui a mené il était un nouveau héros national. DAVID SATTER: Il est rapidement devenu le politicien le plus populaire en Russie, même si avant les attentats d'appartement, il a été soupçonné d'avoir eu aucune chance de réussir Eltsine en tant que président. KAREN Dawisha: Ils avaient besoin d'un ensemble de situations dans lequel, si elles pouvaient reporter les élections entièrement et rendre plus difficile pour l'opposition de se concentrer sur des choses sans importance, comme la corruption du Eltsine famille. YURI Felshtinsky: L'ironie est que ce fut précisément comment la première guerre de Tchétchénie a été commencé. La première guerre de Tchétchénie a été commencé et a provoqué en 95 afin d'avoir une situation qui permettrait au gouvernement d'annuler les élections ou de reporter les élections, affirmant que vous ne pouvez pas les avoir pendant la guerre. Et absolument le même a été fait en '99. KAREN Dawisha: Donc il y avait un réel intérêt dans cette Eltsine. Mais il y avait aussi un intérêt de Poutine parce qu'il voulait être président, Narrateur: Et cela a fonctionné. Trois mois dans un nouveau millénaire, la Russie avait un nouveau président. Il semblait un homme moderne, un homme pour l'avenir, un avenir tous les Russes espéraient serait meilleur que le passé. Mais 15 ans plus tard, les ombres du passé hantent ce lieu. Il est un mémorial à ceux qui sont morts dans les attentats à la bombe de l'appartement. Depuis ce jour, des livres, des reportages et des documentaires journaux ont tous soulevé des questions troublantes au sujet de ce qui est vraiment arrivé ici, qui était vraiment responsable. Parmi les intervenants, Mikhaïl Trepachkine, qui a passé deux ans à essayer d'enquêter sur le crime au nom de l'une des familles. Un ancien officier du KGB lui-même, et un avocat, Trepachkine était toujours des doutes sur la version officielle, la connexion tchétchène. Ses doutes ne ont progressé quand ses anciens collègues dans les services de sécurité ont réagi à son enquête. Mikhaïl Trepachkine, ancien KGB / FSB de la direction: [interprétation] Ils me disaient, "Ne pas creuser en elle. Sinon, vous allez vous faire emprisonné. "Et puis, précisément, ils me disaient de manière simple," Il suffit de laisser si vous ne voulez pas avoir des ennuis. "Et je disais que," Eh bien, je suis le ancien enquêteur et moi avons l'expérience et je peux vous aider. Je peux courir ma propre enquête ". NARRATEUR:. Mais il y aurait de nombreux obstacles placés sur le chemin d'une enquête DAVID SATTER, Auteur, Ténèbres at Dawn: Le gouvernement russe a détruit toutes les preuves dans le cas des attentats précédents. A peine les attentats à la bombe survenus à bulldozers ont montré jusqu'à To- pour enlever les décombres, y compris les restes humains. Et dans ce cas, ils ont détruit la scène du crime. Narrateur: Mais les questions troublantes sur les attentats à la bombe ont été vraiment alimentés par ce qui est arrivé ici quelques jours plus tard, dans une ville près de Moscou appelé Ryazan. DAVID SATTER: Une cinquième bombe a été découverte dans le sous-sol d'un immeuble d'habitation à Ryazan par habitants attentif de ce bâtiment. Et cette bombe a été désamorcée. Et les gens qui avaient placé cette bombe dans le sous-sol se sont avérés être des terroristes tchétchènes pas. Ils se sont avérés être des agents du FSB, le service de sécurité de la Russie. Narrateur: Les tests ont montré que les sacs contenaient un explosif militaire exclusif appelé hexagone. Le détonateur, aussi, était militaire. KAREN Dawisha: Je pense que la preuve qu'il y avait une opération FSB à placer des explosifs dans l'immeuble à Ryazan est incontestable. Narrateur: À l'époque, le FSB selon l'opération Ryazan faisait partie d'un exercice d'entraînement. Mais la conclusion que plus large des services de sécurité auraient tué leur propre peuple dans les autres appartements a été rejetée par le gouvernement. Dans sa biographie, Poutine a appelé une absurdité totale, complètement fou. Pas de Tchétchènes ont jamais été accusé. D'autres personnes arrêtées ont été condamnés à des essais secrets, et d'autres encore dans les essais entachées par des allégations de confessions forcées. Mais tout au long, il a été fâcheusement dangereux d'enquêter de trop près. DAVID SATTER: Les gens qui ont essayé d'enquêter sur les attentats d'appartements dans de nombreux cas terminés jusqu'à date limite Yuri Chtchekotchikhine, Sergei Yushenkov, Alexandre Litvinenko, Anna Politkovskaïa. Narrateur: Sergey Markov est un politique analyste et souvent parle de Vladimir Poutine. INTERVIEWEUR: Il ya eu un certain nombre d'enquêtes crédibles qui ont conclu que ce fut l'œuvre du FSB et ne pourrait pas avoir lieu sans la connaissance de M. Poutine. SERGEY MARKOV, porte-parole de Poutine: Il était aucune enquête crédible qui montre que cela avait été fait par FSB. Tout cela, quasi-enquête de propagande, tout en utilisant des astuces et ainsi de suite. Je l'ai déjà entendu parler de cette histoire de la FSB a explosé le bâtiment à Moscou peut-être des centaines de fois. Et tous ces gens gratuitement? Personne est en prison. Ne pas devenu victime de la propagande. Il est très dangereux, aussi. DAVID SATTER: Il y avait trois tentatives dans la Douma russe pour enquêter sur les événements de Riazan. Dans tous les cas, ils ont été rejetés, avec le parti au pouvoir sous le vote de contrôle de Poutine à l'unanimité de ne pas enquêter et de ne pas poser des questions. NARRATEUR: Mikhaïl Trepachkine a été demandé de l'aider avec un de ces enquêtes de la Douma. Une semaine avant il devait présenter ses conclusions, il a été arrêté par la police. Mikhaïl Trepachkine, l'avocat des anciennes victimes de bombardement: [interprétation] Alors, ils me sont arrêtés à un barrage de police, où il y avait une foule de gens. Ils ont vérifié mon identification deux fois et vérifier la voiture, et ils ne trouvent rien. Et quand je fermais il, l'un des officiers a jeté dans un sac, et je lui ai dit, "Cela ne veut pas la mienne. Pourquoi mettez-vous que, dans ma voiture? "Il a ouvert le sac et a dit," Voici l'arme. Voici le pistolet "Et je a été immédiatement arrêté.. NARRATEUR: Trepachkine a été envoyé en prison pour deux ans. Il est sorti et a de nouveau parlé de son enquête sur les attentats appartement, et a été arrêté et emprisonné pendant deux ans. DAVID SATTER, Auteur, Ténèbres at Dawn: Eh bien, les immeubles d'habitation sauvé le système Eltsine. Ils ont sauvé la division corrompus de la propriété qui a eu lieu après la chute de l'Union soviétique. Ils coûtent des milliers de vies innocentes, à la fois russes et tchétchènes, en commençant une nouvelle guerre. Ils ont apporté au pouvoir quelqu'un des services de sécurité - et que Poutine - qui, bien sûr, n'a aucun intérêt à la démocratie. Narrateur: Son premier acte en tant que président a été d'accorder son prédécesseur, Boris Eltsine, l'immunité de poursuites. Mais l'administration de Poutine serait rapidement assurer sa propre sécurité, aussi. Numéro d'affaire de 144 à 128, qui enquête sur la corruption à Saint-Pétersbourg, tranquillement alla. ANDREY Zykov, ancien enquêteur de la police: [interprétation] Le procureur général a donné l'ordre que l'affaire pénale doit être résilié. Il nous a expliqué que les enquêtes criminelles ne sont pas poursuivis en ce qui concerne le président. NARRATEUR: Enquêteur Zykov dit qu'il se demande encore comment les choses auraient pu être différentes, il avait été autorisé à poursuivre son cas. ANDREY Zykov: [interprétation] La situation dans notre pays serait différent. Les gens respectent la loi civile, car tout le monde comprendrait que si le président ne peut être poursuivi, alors en substance, nos fonctionnaires comprennent que la loi doit être protégé. À l'heure actuelle, la Russie n'a pas de loi. Narrateur: Dans les premières années de sa présidence, il y avait de l'espoir que Poutine serait à la hauteur de sa réputation et de prendre la Russie sur un chemin proche de la West- démocratique, libérale et capitaliste. En 2003, il a convoqué les oligarques du pays à une réunion dans la salle St. Catherine au Kremlin. Sous Eltsine, ils étaient devenus milliardaires. Sous Poutine, qu'ils espéraient encore plus d'entreprises et une nouvelle légitimité. Sur la gauche, le plus riche de tous, Mikhaïl Khodorkovski. Mikhaïl Khodorkovski, ex-chef de la direction, Yukos Oil Company: [interprétation] Je eu l'impression qu'il était notre- une personne de notre génération. GILLIAN Findlay, Correspondant: Que voulez-vous dire par là, "notre génération"? Mikhaïl Khodorkovski: [interprétation] La génération de nos parents, ils ont une vision totalitaire, même si elles sont contre elle, par opposition à notre génération. Nous sommes plus près de l'Ouest. NARRATEUR: Khodorkovski était préoccupé par une nouvelle loi anti-corruption américaine qui affecterait les entreprises russes qui font des affaires en Amérique. Mikhaïl Khodorkovski: [interprétation] Cela a forcé les chefs d'entreprises qui voulaient inscrire leurs actions sur le marché de signer une décharge qu'ils ne permettent pas de pratiques de corruption au sein de leurs entreprises. Dans le même temps, en 2003, la corruption était déjà la méthode clé de la gouvernance de l'État utilisée par les bureaucrates et les bureaucrates ont commencé à exiger le genre de l'argent qui était impossible à cacher. Il fallait faire un choix, à bâtir des entreprises qui sont ouverts et énumérer, ou faire des affaires style- russe en d'autres termes, payer des pots de vin, de recevoir des privilèges, mais rester dans un système fermé. Nous avons décidé que la question était la peine de discuter. NARRATEUR: Khodorkovski a demandé si il pouvait parler franchement et fait l'affaire qu'il était temps pour la Russie de changer ses manières. Mikhaïl Khodorkovski: [titres] L'ampleur de la corruption en Russie est estimé par quatre organisations différentes à 30 milliards $ par année. Qui est de 10 à 12 pour cent du PIB. GILLIAN Findlay: Si je comprends bien, ce que vous êtes essentiellement faites avec les caméras de télévision en cours d'exécution a été accusant le président de la Russie de l'exécution d'un Etat corrompu. Mikhaïl Khodorkovski: [interprétation] Je ne accuse lui personnellement de la corruption, ce qui est pas comment il l'a pris. Oui, je l'ai fait accuser son cercle intérieur et lui de créer un modèle qui utilise la corruption comme son épine dorsale, et il m'a dit que nous aussi, nous avons participé à la création de ce modèle. NARRATEUR: Poutine lui a rappelé que sa société pétrolière, Ioukos, était face à des problèmes fiscaux. VLADIMIR POUTINE: [titres] Nous devrions donner à Ioukos son dû. Il a réglé ses problèmes fiscaux. Mais comment ces problèmes se posent en premier lieu? Narrateur: Il était une menace voilée. Mikhaïl Khodorkovski: [interprétation] Je ne discute pas avec lui. Je l'ai dit, "Nous avons peut-être commencé, mais nous devons être ceux pour y mettre fin." Ai-je me rends compte qu'elle provoquerait le mécontentement de Poutine? Bien sur je l'ai fait. Mais je pensais qu'il allait choisir le modèle européen. Et je ne suis pas le seul à penser que parce qu'il était évidemment plus bénéfique pour le pays. NARRATEUR: Khodorkovski a également été perçue comme une menace politique. Il avait été finance les partis d'opposition et de dépenser de l'argent pour promouvoir la démocratie. La réunion au Kremlin avait scellé son sort. Il a été arrêté, sa compagnie pétrolière démonté et réparti entre loyalistes Poutine. . L'homme le plus riche de la Russie pourrait servir 10 ans dans un camp de prisonniers en Sibérie Aujourd'hui, il vit en exil en Suisse et n'a pas de doutes sur le système Poutine mis en place. Mikhaïl Khodorkovski: [interprétation] Au début, il pensait qu'il pouvait construire sorte de un modèle démocratique qu'il ne pouvait contrôler. Il existe bien un modèle comme celui-pas, alors il a commencé à glisser vers abord totalitarisme doux, puis un totalitarisme plus en plus dure. Si la situation évolue, il atteindra un modèle totalitaire complète. En réalité, chaque système autoritaire est une kleptocratie. Narrateur: Quelques éléments de preuve au début de cette kleptocratie et comment il a travaillé a été trouvé en 2003, lorsque la police a perquisitionné les bureaux d'une petite compagnie appelée SPAG dans une banlieue de Francfort, en Allemagne. Auteur et journaliste Jurgen Roth a beaucoup écrit sur ​​le raid, qui a visé le blanchiment d'argent dans plusieurs pays prétendument par le groupe de la mafia Tambovskaya de Saint-Pétersbourg. JURGEN ROTH, Journaliste d'investigation: Dans ce rapport, ils ont mentionné le SPAG comme une entreprise qui a des liens étroits les organisations criminelles, le soi-disant mafia Tambovskaya à Saint-Pétersbourg, et M. Poutine. GILLIAN Findlay, Correspondant: Et donc they- il était de l'argent qui a été être- blanchi en Allemagne. JURGEN ROTH: blanchi en Allemagne grâce à des investissements dans des biens immobilier. NARRATEUR: Poutine avait été le conseil consultatif de SPAG depuis 1992 et a eu une relation étroite avec l'un de ses directeurs. Il a seulement un pas de côté quand il est devenu président. Mais quand la police allemande déplacés pour piller les bureaux de SPAG, ils ont découvert qu'ils avaient un problème. JURGEN ROTH: Il était une affaire politique. Ils doivent informer à ce moment-chancelier Gerhard Schroeder. Donc, il est la première fois, je crois, qui a impliqué une enquête normale à partir d'un procureur dans une petite ville en Allemagne, M. Schroeder se informé, ou si vous souhaitez être informé sur cette enquête. Pourquoi il aimerait être informé? Parce que Poutine. Il était si haut niveau. NARRATEUR:. À ce jour, Gerhard Schröder et Vladimir Poutine sont des amis proches qui célèbrent anniversaires ensemble GILLIAN Findlay, Correspondant: Qu'est-il arrivé à l'enquête à la fin? JURGEN ROTH: Il a terminé sans résultat. Narrateur: Schroeder n'a jamais abordé publiquement le cas, mais leur amitié provoqué un scandale en Allemagne en 2005. Juste deux semaines avant de perdre une élection générale, Schroeder signé sur une garantie de prêt milliards d'euros à la canalisation de gaz de la Russie vers l'Europe. Après sa retraite, Schroeder avait un nouvel emploi, président du consortium du gazoduc. EDWARD LUCAS, rédacteur en chef, The Economist: Gerhard Schroeder incarne le scandale en Allemagne. Et pour employer un euphémisme, il ne semble pas être très pris la peine à éviter l'apparence d'irrégularité. Narrateur:
Dans ses premiers jours au pouvoir, Poutine a fait une offensive de charme en direction de l'Ouest. Le président Bush célèbre regarda dans les yeux de Poutine et vit son âme. Il croyait qu'il était engagée dans les meilleurs intérêts de son pays. EDWARD LUCAS: Poutine a été formé dans le KGB pour tromper les étrangers. Il a un œil très aiguisé pour la faiblesse humaine. Il est bon à persuader les gens et de les intimider, et il a fait cela avec les dirigeants occidentaux, parfois avec charme, parfois avec des menaces. Mais garçon, fait-il. Narrateur: Dès le début, le premier ministre britannique Tony Blair a été charmé par lui. Et comme avec l'Allemagne, leurs deux économies seraient encore plus empêtré. Centre financier de Londres était une ville enchantée par l'argent russe. Ce sont les années de prix élevés du pétrole, et la Russie de Poutine a été de plus en plus comme jamais auparavant. Il a alimenté la corruption massive et une grande partie de cet argent coulait à Londres. EDWARD LUCAS: La City de Londres, qui a fait une énorme somme d'argent sur ​​le blanchiment d'argent russe au cours des années. La ville est finalement [inaudible] de l'économie britannique, et il fonctionne sur russe argent. NARRATEUR: Valery Morozov est une construction magnat russe qui vit aujourd'hui en exil à Londres. Son entreprise a réalisé des projets pour le Kremlin, plus récemment, sur les Sotchi Jeux olympiques d'scandales. Mais enfin, dit-il, de la corruption sous Poutine était allé au-delà de ce qu'il pouvait vivre avec. VALERY MOROZOV, Exiled Construction Magnate: Si vous mettez ces personnes aux États-Unis ou au Canada et de vérifier ce qu'ils ont fait, ils sont des criminels . Eltsine a été acheté et soutenu par des criminels. Poutine a été élevé au pouvoir dans ces années 90. Il avait son propre groupe, et il a été appelé quand il est venu à Moscou et est devenu Premier ministre et président- il a été appelé le groupe de Peter. Alors il a changé immédiatement l'ensemble du système, mais pas changed- il a fait différente. Il l'a fait dans l'ordre. Ce est partout. Il est un système. KAREN Dawisha, Auteur, kleptocratie de Poutine: Donc, le système est un système de soutien mutuel et hommage. Il est un système de pay-to-play. Si vous êtes sur une liste de personnes possibles qui pourraient être approchés pour être un membre de la Douma, par exemple, vous avez à payer pour votre siège. Une fois que vous êtes là, alors vous pouvez tourner autour et charger des hommes d'affaires d'avoir des éléments de ligne dans le budget. Même chose dans tous les secteurs. NARRATEUR: Sergei Kolesnikov est un autre magnat russe qui vit en exil. Il a fui à Talinn, en Estonie. Il a une connaissance intime de la façon dont le système fonctionne et comment, dit-il, la corruption va droit vers le haut. SERGEI KOLESNIKOV, Exiled affaires: [interprétation] business russe dépend entièrement de la protection. Vous avez besoin de protection. Il est appelé avoir un toit, ou en russe, "krysha," et plus krysha vous avez, le plus de succès de votre entreprise sera. Donc, chaque homme d'affaires rêve de donner des cadeaux et obtenir une protection. Et si vous donnez un cadeau au président, il est comme avoir Dieu lui-même en regardant votre dos. NARRATEUR: Kolesnikov dit-il utilisé pour exécuter l'un des programmes de dons de Poutine et explique comment il fonctionnait. Une entreprise a mis de l'argent dans un charity- dans ce cas, pôle de l'espoir. La compagnie de Kolesnikov, appelé Petromed, a pris l'argent pour acheter l'équipement médical acheté de Siemens. Mais la marge de profit était énorme, environ 40 pour cent. Cet argent a été acheminé à travers une myriade d'autres entreprises, de se retrouver dans quelque chose appelé RosInvest. Kolesnikov possédait 2 pour cent de RosInvest, mais il dit que 94 pour cent a été détenue par Vladimir Poutine. SERGEI KOLESNIKOV: [interprétation] Tous les investissements, tous les projets de RosInvest , ont été mis en œuvre que si Poutine a dit oui à elle. Donc aucune activité aurait été possible sans sa reconnaissance. NARRATEUR: Kolesnikov dit, au début, l'argent récolté était pour une maison de retraite de 20 millions $ pour le président. Mais le président a décidé de ne pas prendre sa retraite. À ce moment, Kolesnikov dit, on lui a dit de détourner encore plus d'argent, et bientôt la maison de retraite avait fleuri dans un palais. Construit sur ​​un terrain de l'Etat, il est un spectacle à l'italienne de 250 millions $ surplombant la mer Noire près de Sotchi. SERGEI KOLESNIKOV: [interprétation] Je commencé à dire que je ne suis pas heureux avec toutes les finances vont pour ce palais. Et on m'a dit que Poutine est le tsar et vous êtes son serf. NARRATEUR: Poutine a nié qu'il a un lien avec le palais. Il aurait été vendu à un riche homme d'affaires, mais il reste un mystère fortement gardée. Kolesnikov croit que son régime était seulement l'une des nombreuses façons de cacher de l'argent pour Poutine par des procurations. Quel est l'objet de spéculations et certains conjecture instruite. STANISLAV Belkovski, Ancien Conseiller Poutine: Je commencé ces enquêtes il ya plus de sept ans. Et à la fin de 2007, je publiai mon estimation sur les actifs étant sous le contrôle personnel de Poutine. Il était un chiffre de 40 milliards $. NARRATEUR: Quarante milliards de dollars. Ce chiffre a été confirmé par l'aurait CIA en 2014. Si cela est vrai, il serait président de la Russie l'un des hommes les plus riches dans le monde. En 2008, alors qu'il approchait de la fin de son second mandat, que la richesse était un problème. En vertu de la constitution, il aurait à quitter ses fonctions pendant au moins un terme avant qu'il ne puisse fonctionner à nouveau. Câbles diplomatiques révélés qu'il était inquiet de la façon dont ses richesses pourraient être considérés par un nouveau président. Il a résolu le problème en échangeant des lieux avec son Premier ministre cueillies à la main, Dmitri Medvedev. Il était un arrangement qui a travaillé pendant un certain temps. STANISLAV Belkovski: Je pense que cela a été prouvé par de nombreuses sources au Kremlin et dans le Kremlin en 2010 et la première moitié de 2011, il veut laisser Dmitri Medvedev à aller pour un second mandat en 2012 , mais le [inaudible] des révolutions dans le monde arabe ont fait trop grande impression sur Vladimir Poutine. Narrateur: Le printemps arabe a bondi hors de la Tunisie dans la place Tahrir et à Tripoli. Pour Poutine, ces manifestations de masse qui renversent les dictateurs puissants doivent avoir été inquiétants. STANISLAV Belkovski: Il était la première étape de sa venue à la compréhension qu'il ne pourrait jamais quitter le poste parce que le destin de Kadhafi pourrait être en attente pour lui. Narrateur: En 2011, quand Vladimir Poutine a annoncé qu'il serait candidat à nouveau à la présidence de la Russie, la réponse a été des manifestations de masse dans les rues de Moscou, des protestations qui ont dû être abattu par la police. EDWARD LUCAS, rédacteur en chef, The Economist: Il n'a jamais été un bon modèle de succession dans la soviétique Union ou en Russie, et il est très inquiet de la façon dont il va quitter le pouvoir. Il ne veut pas laisser dans un cercueil. Il ne veut pas aller à une cellule de prison. Il a obtenu tant de secrets coupables, tant d'argent a été volé, tant de personnes ont été tuées qu'il n'a vraiment pas confiance à quiconque de le garder en sécurité si il descend de pouvoir. Donc dans un sens, il est à la fois le maître du Kremlin, mais aussi un prisonnier en elle. Narrateur: En 2012, Poutine Medvedev déplacé de côté et a repris la présidence dans une élection contrôlée par le Kremlin. A présent, le mandat présidentiel a été étendu à deux mandats de six ans. Vladimir Poutine pourrait rester au pouvoir jusqu'en 2024. Mais le pays qu'il gouverne est dans l'approfondissement de la difficulté. Dans les villes de la Russie, il est un placage de prospérité laissés par les premiers jours de prix élevés du pétrole, mais l'économie a été pillé. Et dans les vastes étendues, où la majorité des Russes vivent, la pauvreté profonde obstinément prévaut. EDWARD LUCAS: plus grande peur de Poutine est que les Russes vont se rendre compte que son projet de modernisation a échoué. Il est arrivé au pouvoir en promettant de faire de la Russie dans un pays occidental moderne, et il est encore fondamentalement, un pays arriéré corrompu. KAREN Dawisha, Auteur, de Poutine kleptocratie: La ligne du bas, juste pour mettre avec deux deux numéros Numéros est tout ce que nous devons . La médiane ou la richesse médiane de la moyenne russe est de 871 $, selon Credit Suisse, rapport très neutre. Huit cent soixante et onze dollars, la moitié de la population a plus que celle de la richesse, et la moitié de la population a moins. La richesse médiane en Inde, plus d'un millier de dollars. Ainsi, le russe moyen est plus pauvre que l'Indien moyen. Voilà donc un certain nombre, 871. L'autre nombre est 110. Cent dix personnes sont propriétaires de 35 pour cent de la richesse de la Russie. Ils sont le pays le plus inégalitaire de loin dans le monde. EDWARD LUCAS: Maintenant, pour distraire de cela, un outil très puissant qu'il a est anti-Westernism- blâmer l'Occident pour tout ce qui va mal. Et couple qui avec une machine de propagande très puissant, où tous les médias de masse est sous le contrôle du Kremlin, et il est dans une très bonne position. Il a un sens très fort de droit, que la Russie avait des trucs enlevé pendant l'effondrement soviétique et la Russie a le droit de le récupérer. NARRATEUR: Poutine a envahi la Crimée et redessiné la carte de l'Ukraine, affirmant qu'il protège Russes ethniques . Selon son porte-parole, il est une réponse légitime à l'empiètement de l'Ouest sur ​​les territoires de l'Union soviétique détenait autrefois. SERGEY MARKOV, porte-parole de Poutine: Regardez la Lettonie et l'Estonie, qui est devenu membre à part entière de l'Union européenne et l'OTAN, mais ils ne sont pas indépendante. Les Russes ethniques en vertu de la discrimination manifeste dans les pays. Et regardez ce qui se passe ce avec l'Ukraine. États-Unis toute cette année soutenu de-la russification. Si vous êtes russe, vous pouvez être tué. Si vous êtes Russes, vos droits civiques ne seraient pas protégés. Si vous êtes ukrainien ou ultra-nationaliste, OK, vous serez dans le parlement, vous serez le président. Tout sera à vous. Mais ici, si vous êtes de Russie, des bombes, de l'artillerie et les meurtres seront réponse. Cette est- nous sommes désolés, nous répondons pas fortement. Narrateur: Il est un sentiment qui a bien joué à la maison. Dans les rues où ils ont manifesté contre lui que deux ans plus tôt, ils étaient maintenant chantent ses louanges. Pendant ce temps, les États-Unis appelle à de fortes sanctions contre la Russie. Mais dans les capitales de l'Europe, il y avait hésitation. EDWARD LUCAS: Nous continuons à essayer de mettre M. Poutine en nous l'invitons à nos réunions au sommet.. Nous essayons de traiter la Russie comme un pays normal. Et nous pensons que nous essayons de calmer les choses, mais en fait, ce que nous faisons est que nous sommes attisant les choses. Nous donnons à M. Poutine l'impression que nous ne sommes pas à être pris au sérieux, et il continue à nous pousser plus fort et plus en plus difficile, et qui est extrêmement dangereux. Narrateur: Mais alors, en Juillet 2014, un acte violent voudrions transformer le paysage politique. Avion de passagers malaisienne MH17 a été abattu au-dessus est de l'Ukraine par ce qui a été largement soupçonné d'avoir été une arme russe fourni. Deux cent quatre-vingt-huit personnes ont été tuées. Soudain, l'Occident a été galvanisé. TONY ABBOTT, le Premier ministre de l'Australie: Je demande que la Russie de coopérer pleinement avec l'enquête criminelle sur l'attentat de MH17. Stephen Harper, Premier ministre du Canada: Il est nécessaire de préciser qu'il ne sera pas entreprise comme d'habitude. Pres. BARACK OBAMA: Nous nous opposons la Russie agression contre l'Ukraine, qui est une menace pour le monde, comme nous l'avons vu dans le shootdown effroyable de MH17 Narrateur: En Novembre, Poutine est arrivé lors de la réunion du G20 en Australie et se retrouve sur les marges de la photo de classe. Obama et d'autres dirigeants, qui avait déjà accueilli ses roubles, son gaz et de pétrole, maintenant se sont éloignés. Au déjeuner, Poutine semblait un personnage solitaire. Il a quitté le sommet de début. Il est retourné à un pays en crise, une économie en proie à la chute des prix du pétrole, un rouble en chute libre, et de nouvelles sanctions sévères. La question est, qu'est-ce qu'il va faire ensuite? KAREN Dawisha: Je ne l'ai pas vu aucune preuve qu'il est prêt à faire marche arrière. Et il est pas du tout son genre, jamais. Il ne recule pas. Narrateur: Il ya une histoire dans sa biographie que Poutine raconte. Il est arrivé dans ce bâtiment, où il a partagé un appartement d'une chambre avec ses parents, et il a impliqué un rat acculé. NATALIYA Gevorkyan, Poutine biographe: Il a dit que, "ai appris très bon. Je appris à jamais ne pas essayer de pousser quelqu'un dans le coin. Ils vont sauter. Parce que quand vous ne disposez pas de quoi perdre, vous juste- vous attaquez. "Je pense qu'il est absolument vrai à propos de lui-même. Quand il est dans un coin, qui est pourquoi il est dangereux. Il peut sauter. Il ne dira pas, "OK, parlons," il va sauter.

Pourquoi Poutine est prêt à se battre pour l'Ukraine

Fonds journalisme Frontline Soutenir Investigative Reporting
Le financement de FRONTLINE est assurée par le soutien de téléspectateurs PBS et par la Corporation for Public Broadcasting. Un financement important pour Frontline est assurée par John D. et Catherine T. MacArthur Foundation. Un financement supplémentaire est fourni par la Fondation Park, John et Helen Glessner Family Trust, la Fondation Ford, la Fondation Wyncote, et le Fonds journalisme FRONTLINE avec un soutien important de Jon et Jo Ann Hagler au nom de la Fondation Jon L. Hagler.